Pasquet Cycles - Motocycles et Machines à coudre

De Wiki Tonton Vélo.

Les Cycles Pasquet

 <img src="http://img19.imageshack.us/img19/8113/logoqlw.gif" alt="" width="235" height="381" />

Bicyclettes et Vélomoteurs de Grand Luxe - Salon de Provence - 1900 - 1965

 

<img style="float: left;" title="Paul PASQUET" src="http://3b.img.v4.skyrock.net/3b8/cyclesppasquet1900/pics/photo_29820072.jpg" alt="Paul PASQUET" width="177" height="250" /> Paul Émile PASQUET naquit le quatre mai de l’an mil huit cent quatre vingt deux à huit heures du matin à Cheval Blanc, canton de Cavaillon, département du Vaucluse.

Fils de Aldan Albin PASQUET, trente deux ans, cultivateur, et de son épouse Thérèse Éléonore PAUL, vingt deux ans, sans profession.

Il naît dans leur maison du quartier de Gervois.

Son père déclare sa naissance le six mai à trois heures de l’après midi devant le maire et officier d’état civil de la commune de Cheval Blanc, monsieur VÉRAN Robert Joseph.

Très vite, c’est autre chose que la branche professionnelle de son père qui l’attire, et c’est ainsi qu’en 1900, âgé d’à peine dix huit ans, il créé à Salon de Provence, dans les Bouches du Rhône, une fabrique de cycles, bicyclettes, et vélomoteurs, de grand luxe pour le tourisme et le sport, ainsi que des machines à coudre.

Il fabriquera jusqu’à 16 modèles de bicyclettes, ce qui contribuera à asseoir sa réputation.

Son slogan était « Mieux faire toujours, sera notre devise ! «.

Le Reliability Trial (1), lui décerna en 1910 le Grand Diplôme d’Honneur et en 1911, Le Palais du Travail à Paris lui décerna la Médaille d’Or.

Passionné de mécanique, il devient pilote de motocyclettes à l’age de 23 ans et se fera un joli palmarès, digne des plus grands.

C’est ainsi qu’en 1905, il est vainqueur de Meeting de Provence, sur son vélomoteur de 14 chevaux, à moteur Aryon 3 cylindres à la vitesse de 118,800 Km/h.

Puis, quelques années plus tard, le 29 août 1909, on lui décernera la médaille du Meeting de Provence sur moto Régence Buchet.

A cette époque, avant la première guerre mondiale, le vélo tient une très grande place dans la vie de tous les jours, il est en plein essor, et des organisations naissent un peu partout en France.

C’est l’époque où beaucoup d’entreprises parrainent les clubs de sports, et le Salon-Vélo organise des courses dans Salon de Provence. Il conçu des courses de vélos intitulées Circuit Pasquet

Les établissements Pasquet, avec une trentaine d’ouvriers fabriquaient jusqu’à 5000 vélos par an. Ils figurent dans toutes les courses et remportent de réel succès :

-         Pélissier, coureur cycliste Français, vainqueur des 6 heures à l’Américaine à le Seyne sur mer, sur bicyclette Pasquet.

-         Roux, coureur cycliste Français, vainqueur du bol d’Or des 24 heures à Dijon sur bicyclette Pasquet.

Mobilisé pendant la grande guerre comme beaucoup d’autre, Paul est tout d’abord envoyé sur le front, puis, plus tard, il intègrera les ateliers de fabrication d’obus, et c’est dans ces ateliers qu’il rencontrera les plus populaires constructeurs dont certains deviendront, après le conflit, ses amis.

Durant son absence, l’entreprise familiale est dirigée par Madame Pasquet.

Son fils, Gabriel Pasquet, secondera son père durant quelques années, et ce n’est que lorsqu’il accomplira son service militaire dans le corps des sapeurs pompier de Paris qu’il entamera une longue et brillante carrière d’officier qui le conduira de Paris à Salon de Provence.

En 1951 Jacques Pasquet, petit fils de Paul, passionné et fasciné par la fabrication des cycles, renonce à poursuivre ses études au lycée à Aix-en-Provence et c’est à la veille du baccalauréat qu’il décide de rejoindre son grand-père dans la gestion de l’entreprise.

Mais avant de diriger l’entreprise familiale, Jacques exercera toutes les taches imposées par la profession, même les plus pénibles : le sablage, le brasage, l’émaillage, le cuivrage, le nickelage.

Malheureusement, Paul succombera des suites d’une grave maladie, le premier septembre 1953, à l’age de 71 ans.

En même temps, se produit un terrible évènement, la crise du vélo, avec l’avènement de moyens de transports motorisés abordables, vélomoteurs et cyclomoteurs, la bicyclette perd son attrait. Après tant de déceptions éprouvées en si peu de temps, Jacques Pasquet, résigné et obstiné, continuera à fabriquer et à vendre des cycles de hautes finitions jusqu’en 1965.

Suite à quoi, il transformera le magasin de cycles en droguerie, et fonctionnera ainsi jusqu’en 1988.

(1) Reliability Trial : C’est une organisation qui teste la fiabilité et la solidité des vélos ainsi que leurs fabricants, en faisant passer des tests au vélo avec des points de contrôle rigoureux, désignés et limités dans le temps, avec un parcours de 100 miles à parcourir en moins de huit heures, y compris les arrêts. Au Royaume-Uni, ces événements ont souvent lieu dans les premiers mois d'hiver de l'année et sont utilisés par les clubs cyclistes de la formation des promenades. Ce concept remonte aux premières années du 20ème siècle, quand les vélos étaient moins fiables, les routes plus rudes et moins bien balisées.
Les coureurs doivent être autonomes, aptes à la navigation, capables de faire face à des problèmes mécaniques, et suffisamment en forme pour terminer le parcours. Aujourd’hui, ses essais ont perdu beaucoup de leur popularité.

(Usine Pasquet vers 1900)

(Usine Pasquet)

(L'ensemble des ouvriers de l'établissement)

(Transformation du magasin)

par Fab 28 mars 2010 à 07:16 (UTC)

Outils personnels